1959

1959

lundi 12 septembre 2016

Samedi 10 septembre : Encore une belle journée d'été

Le ciel reste bleu, le soleil continue de briller, alors nous sommes encore partis faire une longue randonnée à vélo.
Quand nous avons enfourché nos machines, en début de matinée, nous pensions parcourir 100 à 120 kilomètres. Finalement, nous avions 150 kilomètres au compteur au retour : quand on aime, on ne compte pas.
 Nous sommes partis vers l'ouest de la Brie, un secteur que nous ne fréquentons pas beaucoup. J'ai même réussi à trouver des routes que je n'avais jamais empruntées !
 Comme l'ancienne Nationale 4, au sortir de Rozay en Brie qui suit la vallée de l'Yerres.
 Et c'est à Courtomer que nous avons sorti le pique-nique pour un remake de nos vacances.
 Installés près du cimetière, nous étions certains de trouver de l'eau fraiche mais nous ne pensions pas y trouver une installation aussi "moderne". Un évier, mazette ! La prochaine étape, c'est la cabine de douche afin que le randonneur au long cours puisse se refaire une beauté après une longue, longue sortie ?
 Les villages sont jolis  sous le soleil. Il y manque, ici aussi, le bistrot qui permettrait de se rafraichir. Un trompe-l'oeil, même réussi, ne remplacera jamais un bon vrai troquet.
 Quelques kilomètres plus loin, nous arrivons au village d'Andrézel (Je crois en avoir déjà parlé sur ce blog, mais tant pis, je vais me répéter...).
 Ce village est donc le lieu de naissance d'un pape, de la fin du XIIIème siècle. Pas de "Papamobile" en vue. Le jour où un pape se nommera Eddy, peut-être roulera-t-il en "Papacyclette".
D'après le site de la commune, il ressemblait à ça et fut en son temps un personnage influent avant d'être élu pape.
 Dans ce village, il y a un château mais il ne semble pas que l'illustre personnage naquit ici mais plutôt dans une ferme fortifiée située à quelques kilomètres du village.
 Pour trouver l'église, Laurence a dû emprunter cette rue pavée et a même failli entrer dans le jardin situé après le portail alors que l'église du village est coincée entre le château et la belle demeure, à gauche. Une église à gauche, ça existe ? D'ailleurs, la gauche, ça existe encore ?
 Pas facile à trouver et guère remarquable en plus.
Alors, nous continuons notre chemin vers Blandy les Tours et son château rénové par le Conseil général de Seine et Marne à la fin du XXème siècle alors qu'il était en ruines (Le château, pas le Conseil général...).
 Nous venons ici régulièrement et je ne vais pas m'étendre sur le sujet.
 Nous prenons simplement le temps d'y faire notre petite pause "bistrot". 
Elle a décidément un petit air de vacances cette sortie.
Nous passons ensuite par le village de Bombon : quel joli nom.
Je ne manque pas de rendre hommage aux services publics réunis sur cette photo : les PTT, EDF, la DDE et les Pompiers, une certaine idée de la France.
En d'autres lieux, j'aurais sans doute pu photographier Mac Do, Carrefour, Leroy Merlin et Cie...
 Je rajoute aussi une nouvelle plaque de cocher à ma collection.
Ainsi d'ailleurs qu'une vieille plaque émaillée, dommage que la gouttière soit si mal placée.
Quand nous arrivons à Saint Ouen en Brie, il est déjà 15H45. Nous venons de faire une premier arrêt pour un petit gouter et pour remettre de la crème solaire.
Si je suis parfois passé dans ce village, jamais je n'avais remarqué cette vieille tour près de l'église. Arrivant aujourd'hui par la rue en face, je ne peux la manquer. A première vue on dirait qu'elle va s'écrouler tant les pierres ne semblent pas "collées" entre elles, pourtant elle est là depuis le XVème siècle, dernier vestige de la seigneurie de Saint Ouen. Parions qu'elle nous survivra.
Sur le mur de l'église, nous pouvons voir une plaque de cocher qui nous indique la direction de La Chapelle Rablais que nous rejoindrons à travers une jolie route qui traverse la forêt de Villefermoy. Et non ! la Brie ce n'est pas que de la plaine à Blé ou à Betteraves.
Nous voici revenus sur des terres mieux connues, du côté de Nangis, pourtant, je n'avais encore jamais traversé ce village de Fontains. J'aurais pu car la commune se trouvait sur la ligne de chemin de fer de Bray sur Seine à Sablonnières que j'avais explorée au printemps mais la halte de Fontains se trouvant sur la grande route à plus de 1 km du village, je n'avais pas fait le détour.
Nous passons également près de chez Pierre Perret qui demeure depuis des décennies à Nangis.

Il était bien jeunot à l'époque, le chanteur des jolies colonies de vacances.
Pour continuer notre promenade, je décide de prolonger notre itinéraire vers Provins afin d'ajouter quelques kilomètres au compteur (Quand on aime...etc...etc)
 Nous faisons une dernière pause près de l'église Saint Eliphe de Rampillon dont j'ai déjà parlé ici. Mais je n'arrive pas à retrouver quand... Alors, je ne résiste pas au plaisir de montrer à nouveau quelques détails du magnifique portail sculpté.



Chacun des douze mois de l'année y est illustré par une scène du travail saisonnier des paysans du Moyen âge.






  

Ces petites sculptures ne sont pas toutes dans un bon état de conservation. 




On peut malgré tout reconnaitre chacun des gestes représentés ici.











Gestes millénaires, jusqu'à l'avènement du machinisme.








Gestes  qui ont quand même plus d'allure qu'un tracteur ou un pulvérisateur.













Et puis il y a ces visages sculptés entre chaque  travail.












 Petites têtes gravées pour l'éternité sur ce portail.
 Qui étaient-elles ces jolies personnes ?
 Etaient-ce les personnes qui avaient commandé et payé le travail ? Et qui espéraient passer ainsi à la postérité.
Ou bien les sculpteurs eux-mêmes, ou des membres de leur famille ou des amis. Dieu seul le sait : il s'agit quand même d'un édifice religieux... Mais la beauté de ces lieux vient aussi de ces petites touches profanes.
Il y a une morale bien sûr à cette représentation car après une vie de labeur, chaque chrétien gagnera le paradis (ou l'enfer ?).

  Deux scènes représentent le jugement dernier.
Cette image, pas sûr qu'on pourrait la passer sur "Fessebook"... Trop de "Fesses" justement.
Etait-on (Et tètons ?) moins prude au Moyen Age ? 
L'hypocrisie est une notion complètement moderne, n'est-ce pas ?

 Mais il nous faut terminer cette belle journée de vélo à travers la belle campagne briarde en montrant un bel arbre...
 ...une belle ferme...
 ...et ce panneau, où l'on pourrait remplacer les animaux par des cyclistes : bonne idée, non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire