1959

1959

jeudi 25 juillet 2013

Trois petits jours et puis s'en vont... (2)

Jeudi 18 juillet, deuxième étape : du Lot à la Garonne.
Et tout commence, il faut bien respecter la tradition... par un copieux petit déjeuner à l'hôtel de Vers (une bonne adresse, certainement...).
Puis nous terminons à Cahors notre descente du Lot.
C'est toujours difficile à traverser à vélo, une ville, aussi ne nous attardons-nous pas à faire du tourisme !
Et à midi, nous sommes en vue du donjon de Montcuq.
C'est l'occasion de faire une pause déjeuner et quelques blagues... faciles.
Mais ici nous ne dormirons pas, il nous reste encore quelques kilomètres pour atteindre l'étape du jour.
A travers de jolis paysages écrasés de soleil, nous évitons les villages perchés, dans la mesure du possible.
Pourtant, nous sommes parfois contraints de prendre de la hauteur et c'est toujours un enchantement.
Il nous arrive même de faire un petit détour pour visiter une chapelle qui s'avère être une bergerie...
L'occasion de compléter ma collection de coqs (bon, d'accord, ce n'en est pas un) de clochers (c'est plutôt un pigeonnier...).
Nous arrivons au pays du raisin de Moissac, que j'adore. Mais pas question d'en déguster en ce moment.
La petite chapelle, ratée quelques kilomètres auparavant, nous la trouvons ici, juste avant de descendre vers la vallée du Tarn et la ville de Moissac.
Ce sera notre pause tourisme de la journée !
L'abbaye Saint Pierre nous accueille, chef d'oeuvre roman sur le chemin de Saint Jacques.
La construction de la tour-clocher datant du XIIème siècle, c'est du solide, c'est pas du pavillon de banlieue...
Et le porche sculpté nous raconte toujours la même histoire...






...d'enfer et  de péchés...























...de paradis et de vertus.


Le tympan est également magnifique, inspiré par l'Apocalypse de saint Jean.
L'intérieur de l'église saint Pierre est majestueux.
Ses murs peints (non, il ne s'agit pas de papier peint...) prouvent que les gens du Moyen Age aimaient la couleur et ne voyaient pas le monde en noir et blanc.
Nous aimerions à cet instant entendre les orgues résonnés.
La décoration sacrée est également très riche : 
la descente de la croix,
la fuite en Egypte,
le sarcophage en marbre datant du haut Moyen Age.
Cette église est un véritable joyau...
Le cloître est tout aussi somptueux.
Je ne pouvais pas rater le cèdre qui trône ici.





Non plus que les chapiteaux finement sculptés qui ornent chaque colonne.






Une visite à ne pas manquer !

Avant de reprendre la route, petite pose en compagnie de sculptures plus modernes.
Pour gagner notre étape à Valence d'Agen, il nous faut suivre le canal des Deux Mers...
...que nous partageons avec les pèlerins de Saint Jacques.
Nous aimons ce genre de parcours le long de l'eau, d'autant plus qu'il nous permet d'éviter une grande route : SUPER  de rouler à l'ombre.
Quel calme...
Malheureusement, toutes les écluses ne sont pas aussi fleuries.
A Valence, il nous faut faire les courses avant de trouver le camping municipal...
...pour y planter la tente, ce que Lolo sait très bien faire !
Prêts pour une deuxième nuit à la belle étoile (ou presque...)
Le lendemain, nous retraversons la Garonne, ou plutôt le canal de Golfech qui alimente la centrale atomique du même nom (nul n'est parfait...). 
Et après un petit déjeuner copieux nous prenons la route pour notre troisième étape qui doit nous faire traverser le Gers.
Nous suivons au plus près le chemin de Saint Jacques (la voie Podensis). Les villages sont équipés de points d'eau et pour certains d'épicerie et cafés.
Et toujours ces belles demeures qui surplombent les vallées comme ici à Flamarens.
Dans ce village, l'église ruinée depuis longtemps est même en cours de rénovation.
Tiens un nouveau coq, de calvaire celui-ci.
La route ondule sans cesse : monter, descendre, monter, descendre... de vraies montagnes russes !
Souvent, le chemin de Saint Jacques est tracé en parallèle à la route.
A Lectoure, nous nous arrêtons pour notre pause pique-nique...
...dans ce petit square.
Et puis nous faisons une petite visite de la ville.
La  cathédrale romane mérite le détour. Nous y croisons un cyclo belge parti de Flandre pour les Pyrénées le 10 juin et qui est sur le chemin du retour. Il espère être rentré le 8 août. Deux mois sur les routes, pas mal, non ?
En début d'après-midi, nous reprenons la route pour Condom et ce soir, nous espérons bien camper au camping de Montréal, distant d'une quarantaine de kilomètres.
La route nous fait penser à de la tôle ondulée ! Cette photo ne rend pas forcément bien cet effet. Après 6 ou 7 kilomètres de ce régime, Laurence est victime d'un saut de chaîne en abordant un petite montée. Elle pédale quelques instants dans le vide puis elle chute sur le côté gauche, n'ayant pas pu déchausser.
Plus de peur que de mal en apparence. Nous reprenons la route mais comme son bras lui fait mal, nous nous rendons à l'hôpital de Condom.
Hélas la radio décèle une petite fracture en haut du radius (j'ai oublié le terme exact...). Notre voyage va s'arrêter ici !
Après une nuit à l'hôtel " Le logis des cordeliers" (encore une très bonne adresse), nous regagnons la Seine et Marne grâce à Guillaume qui passe dans les parages avec notre voiture, heureux hasard.
Promis-juré, il nous faudra reprendre ce voyage une autre année !