1959

1959

dimanche 27 mai 2012

Reprise en douceur...

Mon "pamplemousse" ayant bien diminué, et le beau temps étant enfin là, j'ai repris le vélo vendredi pour une petite balade d'une vingtaine de kilomètres. La jambe droite est un peu raide mais je ne ressens pas de douleur quand je pédale.
Samedi 26 mai
Le champ de marguerites que Lolo cherchait l'autre jour, nous l'avons trouvé aujourd'hui et en prime, il y a quelques boutons d'or !
Le soleil et le ciel bleu changent le regard que nous posons sur les paysages briards si gris depuis quelques semaines.
Pourtant, malgré l'envie de faire une grande sortie, je reste prudent et me contente d'une trentaine de kilomètres : ma hanche est toujours un peu douloureuse quand je marche et l'hématome n'a pas complètement disparu, prudence...
Dimanche 27 mai
Nous décidons de partir pour une plus longue sortie (une cinquantaine de km) aujourd'hui, aussi prenons-nous le pique-nique.
Pourtant, nous faisons rapidement une halte au circuit automobile de La Ferté Gaucher où se déroule un rassemblement dédié aux mythiques Ford Mustang.
Fabriquées depuis 1964,Steve Mac Queen tourna une pub pour cette voiture.

PUB Mustang 2005 par Tybird
C'était donc le modèle 2005...
 Même si je ne suis pas un fou de bagnoles, c'est pour moi l'occasion de sortir l'appareil photo. L'occasion fait le larron, n'est-ce pas ?
 T'as d'beaux yeux, tu sais !
Mais sur le parking, il n'y avait pas que des Mustang...
Par exemple, il y avait une Excalibur (je crois...)
Avec un joli porte-bagages, mais sans bagage...
Alors que cette autre Excalibur...
...était équipée d'une magnifique malle.
On pourrait presque s'attendre à voir Boro, reporter-photographe, le héros de Franck et Vautrin, venir, la canne à la main, prendre le volant de cette élégante voiture pour descendre sur la Côte pour combattre les méchants espions nazis. Hélas ce ne serait pas possible car cette automobile fut construite aux USA de 1969 à 1989. Mais on peut rêver, non ?
Mais il y avait bien d'autres véhicules...
Et pas que des rouges !
Voyez cette Buick.
Certaines venaient seulement assister au spectacle.
Nous aurions même pu croiser l'inspecteur Columbo ou Starsky et Hutch.
Mais il y avait surtout des... Mustang.
L'une d'entre elle était même d'un bleu proche du vélo Bianchi de Laurence !
Un vélo, c'est quand même plus simple...
Mais le spectacle était sur le circuit évidemment. Alors je me suis essayé à la prise de vues "au vol".
Aujourd'hui, on peut encore s'offrir une Mustang. La publicité pour le modèle 2013 est d'ailleurs fort joliment faite...
Cela donnerait presque envie, non ?
Mais il nous fallait quitter le circuit pour reprendre notre petit bonhomme de chemin.
Et c'est dans la forêt de Jouy, près de Chenoise que nous avons pris notre...
...frugal repas. On remarquera au passage que j'ai ressorti mon vieux casque !
Les villages seine-et-marnais semblent assoupis.
Mais c'est un réel bonheur de rouler sur ces routes calmes en passant près des lagons bleutés des carrières de la Brie.
Les roses sont magnifiques.
Et les lapins (ainsi que les corbeaux) semblent s'être donnés le mot pour profiter de cet après-midi ensoleillé.

mercredi 23 mai 2012

Cinquante-cinquième sortie : le vendredi 27 avril

Petit retour en arrière pour raconter notre sortie autour de Decazeville et Conques voici quelques semaines déjà...
Départ de Decazeville en passant par la Découverte, ancienne mine à ciel ouvert, histoire de faire quelques photos (Laurence parlera certainement de sa ville natale sur le blog de la Cyclouturière bientôt.)
Pendant des années, les hommes ont gratté le sol pour en extraire le minerai. Aujourd'hui, le site a été presque rendu à la nature...
Voilà à quoi cela ressemblait dans les années 60.
Et s'il n'y avait pas de col au programme ce jour-là, il y avait quand même une belle côte pour aller de Firmi à Noailhac.
L'occasion pour moi de photographier quelque cycliste...
... et quelques arbres splendides.
Avant d'arriver au village perché sur le chemin de Saint Jacques (On remarquera l'inscription du nom du village en occitan (je présume), cela fait évidemment avancer le "schmilblic", non ? Une lettre en moins = 2 panneaux ! Cela me fait penser à la chanson de Brassens : "Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part..." Je crois avoir déjà tenu les mêmes propos au sujet des villages bretons...)
Puis ce fut le descente vers la vallée du Dourdou...
...et plus particulièrement vers Saint Cyprien, célèbre pour sa fouace.
Le Dourdou au flot impétueux et pas seulement près de ce moulin.
Rivière au flot rougeâtre comme la terre de ce terroir qui donne le vin âpre de Marcillac.
Enfin Conques est en vue, petit bijou roman dans son écrin rouergat (c'est joli comme formule, faudrait peut-être que je dépose le copyright ?).
Conques , donc, avec son pont romain qui mène à une dure côte que nous n'empruntâmes pas ce jour-là.
Nous avions en effet prévu de rentrer par les vallées.
Ainsi, après avoir quitté celle du Dourdou, nous avons suivi la vallée du Lot (Notons les eaux rouges du Dourdou qui vont se mélanger à celles plus claires du Lot.)
Et je n'ai pas résisté au plaisir de quelques photos supplémentaires...